Mister Microbiote

Mister Microbiote mais qui est-il vraiment ? 

 

Notre nouvelle star c’est lui, on ne peut plus passer à côté, il est dans tous les articles, du journal le Point en passant par le Elle magazine, on en fait des livres, des concepts alimentaires, il est de toutes les discussions comme une légende urbaine qui se propage.

Petit à petit, nous prenons conscience de son existence, de son importance sur l’équilibre de notre corps et de nos émotions.

Cet ensemble de micro-organismes colonisant notre intestin grêle et notre colon possède 10 fois plus de champignons, bactéries, virus, que de cellules qui constituent l’ensemble de notre corps !

Il est également indispensable au rôle de la barrière intestinale pour qu’elle puisse rester en bon état, sans porosité qui pourrait provoquer inflammation et mauvaises absorptions des nutriments qui entraineraient une dysbiose.

Voilà pourquoi il est important que cette symbiose intestinale soit respectée en en prenant soin, comme nous prendrions soin d’une bonne bande de potes. On fait du sport, on s’alimente convenablement, on respire et on jouit avec plaisir de cette magie de la vie.

Nos systèmes de croyances, nos rythmes de vies, notre alimentation, ont un impact important sur cette fourmilière intérieure, les microbes avec lesquels nous vivons  sont le résultat de milliards d’années d’évolution, ce qui peut laisser penser qu’ils sont tout aussi évolués que nous mais certainement mieux adaptés.

Il y aurait pas moins de 100 Trillions de bactéries – si nous pouvions les relier les unes aux autres nous pourrions couvrir une distance de la Terre à la Lune. Ça nous ramène à la poussière d’Etoile que nous sommes, peut être une raison supplémentaire de considérer ce milieu avec respect, car en lisant ces quelques mots nous prenons conscience de son importance.

Nous devons trouver un équilibre pour que cette autoroute reliant le cerveau à l’intestin soit toujours praticable dans de bonnes conditions, pour ne pas perturber nos émotions, envies, folies.

Ma maladie Cœliaque a été provoquée à l’âge de 14 ans lors d’un accident que j’ai eu à cheval. Ma tête a percuté deux piliers en béton en plein galop, je suis tombée sur le sol après le deuxième impact. Résultats des courses : traumatisme crânien, fracture du crâne et en prime une maladie auto-immune provoquée par le choc violent. Plusieurs études ont été publiées sur le lien entre traumatisme crâniens et l’apparition de maladies auto immunes.

Ce qui est certain c’est que ça ne m’a pas dégoûtée de pratiquer l’équitation, cet accident m’a amenée à vous rencontrer et à créer au quotidien des recettes, des idées de thérapies, de coaching, qui peuvent faire du bien aux autres. Il n’y a pas de hasard, que des Rendez-vous, même si parfois on ne perçoit pas le sens des choses tout de suite. Il faut faire confiance en ce qui nous arrive, il y a toujours un sens caché qui nous veut du bien, apprenons à le décoder.

Je suis heureuse d’être sur ce chemin, mais je peux vous certifier que la relation intestin cerveau est bien réelle pour le vivre et l’expérimenter tous les jours.

Le système nerveux gérant l’intestin ne compte pas loin de 200 millions de neurones, ah oui même une blonde en possède beaucoup ;) (petite joke). La fonction de ces neurones est d’assurer un bon péristaltisme intestinal et 80´% de ces cellules nerveuses transportent l’information entre l’intestin et le cerveau. Ça donne à réfléchir.

Cette flore joue également un rôle de taille dans la digestion, les réactions métaboliques, la réponse immunitaire, l’équilibre mental, nous savons aujourd’hui que certains désordres cérébraux prennent racines dans l’intestin et sont étroitement liés avec notre alimentation. La recherche lui accorde plus d’intérêt, elle prend une place de choix pour ne pas dire centrale dans la compréhension de nos dysfonctionnements.

Comme une empreinte génétique nous avons une empreinte microbienne qui nous est propre, il y a des bactéries communes bien entendu mais chaque individu à une flore intestinale qui lui est propre. Cette différence s’élabore après notre naissance, en fonction de notre environnement, culture, nourriture, bactéries et virus auxquels nous sommes confrontés  et du microbiote de notre mère.

Son rôle consiste en la fermentation des résidus alimentaires non digestes, synthèse de certaines vitamines ( K, B8, B12 ), il facilite grâce à ses enzymes l’assimilation des nutriments, il nous permet également une bonne absorption des acides gras, calcium et magnésium.

Vous l’aurez compris nous nourrir n’est pas un geste anodin, nous devons être à l’écoute de ce que notre corps nous réclame mais surtout être au plus proche de ce que la nature nous offre.

Non avons évolué grâce à ce que la nature nous a transmis, permis de chasser, cueillir, planter, nous avons évolué avec les saisons et ce qu’elles pouvaient nous offrir.

Alors réapprenons à nous nourrir de cette richesse, restons proches des producteurs locaux, mangeons de saison et retrouvons la joie pour une meilleure assimilation des aliments.

Nous n’avons pas évolué sur 200 millions d’années avec un grand supermarché à côté de nous, n’y avec les lobbies de l’agroalimentaire pensant que nos terres cultivables sont un immense échiquier sur lequel il faut avancer ses pions ! Jusqu’au jour… « Echec & Mat »

Extrait de mon livre Planète Healthy Girl.

 

Amandine Poli